Paraplégie

Sommaire

Quand la moelle épinière est atteinte lors d'un accident le plus souvent, il arrive que ses lésions provoquent une paralysie des membres. Il existe plusieurs degrés de paralysie selon l'endroit où la moelle est touchée.

Intéressons-nous ici à la paraplégie, qui concerne une paralysie des membres inférieurs.

Paraplégie : définition

La moelle épinière est la partie du système nerveux central qui se situe à l’intérieur de la colonne vertébrale.

Une blessure à la moelle épinière, qu'on appelle aussi blessure médullaire, coupe nette la communication entre le cerveau et le corps et entraîne la paralysie totale ou partielle des membres et du tronc. Il existe ainsi plusieurs formes de paralysie telles que :

  • La paraplégie : cela peut être une atteinte dorso-lombaire (entre les vertèbres L2 et L5) qui provoque une paralysie des deux membres inférieurs à partir de la racine des cuisses.
  • La paraplégie dite « haute » : cela peut être également une atteinte dorsale (entre les vertèbres D1 et L2) qui paralyse les deux membres inférieurs et le tronc à partir des seins.
  • La tétraplégie : il s'agit d'une atteinte de la moelle dans la région cervicale qui entraîne une paralysie du tronc et des quatre membres.

Bon à savoir : la moelle épinière est un cordon de tissu nerveux situé à l’intérieur du rachis, c'est-à-dire de la colonne vertébrale. Elle contient 31 paires de nerfs auxquels elle donne naissance et qui la relient à tout l’organisme et spécifiquement au cerveau. On parle parfois aussi de moelle spinale.

Causes de la paraplégie

L’origine de la paralysie dépend le plus souvent :

  • D'une lésion traumatique résultant d'un accident : accidents de la route, chutes, accidents de plongeon, accidents de travail, etc. Les causes traumatiques représentent 70 à 80 % de l’ensemble des lésions médullaires.
  • D’une lésion médicale : dans 25 % des cas, il s’agit d’atteintes non traumatiques de la moelle épinière à type de myélopathies : tumeurs (maladie de Hodgkin), malformations, infection ou inflammation (myélite) ou encore sclérose en plaques.

Paraplégie : symptômes

La paraplégie, en plus de générer un déficit moteur, entraîne aussi des complications comme des troubles de la commande des appareils :

  • Urinaire : dans ce cas, le fonctionnement autonome de la vessie est désorganisé car les « messages » ne passent plus. Les vessies chez les blessés médullaires sont appelées vessies neurologiques et l'incontinence est le principal problème que rencontrent les paraplégiques.
  • Intestinal : de la même façon, à cause des lésions neurologiques des commandes des besoins primaires, la paraplégie entraîne soit une constipation (absence de relâchement des sphincters), soit des fuites.
  • Génito-sexuel : on observe lors de paralysies des membres inférieurs une altération de la sensibilité et des capacités fonctionnelles (troubles de l'érection) mais un désir conservé.

Bon à savoir : chez la femme, la survenue d'une paraplégie peut perturber la fonction et l’identité sexuelles mais la femme paraplégique peut avoir des rapports sexuels, procréer et accoucher par les voies naturelles dans la plupart des cas, en bénéficiant bien sûr d'un suivi médical plus rapproché.

Traitement de la paraplégie

Dans la plupart des cas de paraplégie (ou de tétraplégie), il n’existe aucun traitement curatif car une fois que la moelle est touchée, la lésion est irréversible.

Les traitements de la paraplégie se feront donc essentiellement selon les étapes suivantes :

  • Stabilisation des fonctions vitales du patient (post-accident par exemple).
  • Suivi psychologique et acceptation de la condition de paralysie afin d'apprendre à vivre avec la paraplégie.
  • Réinsertion sociale et professionnelle.
  • Dans certains cas, une chirurgie pourra être envisagée en cas de compression médullaire afin de limiter d'éventuelles atteintes supplémentaires de la moelle épinière.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider