Fasciculation

Sommaire

La fasciculation désigne une contraction involontaire et localisée de faisceaux musculaires. Ce syndrome peut survenir à différents endroits du corps. Bien que souvent bénigne, la fasciculation nécessite une attention particulière, surtout lorsque les symptômes persistent. Voici tout ce qu’il faut savoir pour comprendre l'origine des fasciculations et comment y remédier.

Fasciculation : qu’est-ce que c’est ?

La fasciculation est un syndrome neurologique qui se manifeste par des tressautements musculaires involontaires. Ces tremblements peuvent être bénins, comme ceux qui se produisent sur l’œil (la paupière), mais peuvent aussi être le signe d’un trouble plus grave du système nerveux, comme la sclérose latérale amyotrophique (SLA).

Ces tremblements musculaires qui sont généralement mineurs et passent inaperçus :

  • certains sont normaux, d’autres sont le signes d’un trouble du système nerveux ;
  • les autres faisceaux musculaires contenus dans le muscle restent, eux, au repos.

Bon à savoir : Les faisceaux musculaires sont contenus dans les muscles squelettiques. Ils assurent la motricité du corps dans son environnement, permettant de faire bouger le squelette volontairement et contiennent les fibres musculaires.

Certains autres symptômes sont associés aux fasciculations :

Les fasciculations peuvent survenir dans tout type de muscle à contraction volontaire. Cependant elles apparaissent le plus souvent au niveau des paupières, des bras, des jambes ou encore de la langue.

Il est important de consulter un professionnel de santé pour avoir un diagnostic précis.

Causes de la fasciculation

Il existe plusieurs facteurs pouvant entraîner des contractions musculaires involontaires :

  • certaines maladies auto-immunes, comme le syndrome d’Isaac (affection rare caractérisée par une hyperactivité du nerf périphérique entraînant des contractions musculaires involontaires et persistantes) ;
  • une consommation excessive de stimulant, comme la caféine ou les amphétamines ;
  • la SLA : c’est une maladie neurologique progressive affectant les cellules nerveuses responsables du contrôle des muscles volontaires. Les fasciculations peuvent être l'un des premiers symptômes de la SLA ;
  • un manque de certains nutriments dans l’alimentation, et notamment une faible magnésémie ;
  • l’exercice ;
  • le stress ;
  • certaines affections du système nerveux, comme une sclérose latérale amyotrophique, une myopathie, la maladie de Creutzfeldt-Jakob ou encore une amyotrophie spinale.

Un diagnostic précis doit être établi par un examen clinique et des tests neurologiques, comme l'EMG (électromyographie).

Fasciculation et santé

La fasciculation peut affecter la santé des patients. Et parfois générer des cercles vicieux : si l’anxiété est à l’origine de la fasciculation, les symptômes peuvent renforcer l’anxiété et ainsi alimenter la contraction musculaire.

Fasciculation et santé des yeux

Les tremblements de la paupière, ou blépharospasme, constituent une forme bénigne de fasciculation.

Ces spasmes sont généralement sans gravité et disparaissent d'eux-mêmes. Cependant, si les tremblements persistent ou s'ils sont accompagnés d'autres symptômes, il est important de consulter un professionnel.

Fasciculation et anxiété

L'anxiété est souvent liée à la fasciculation. Les tressautements musculaires peuvent indiquer une réaction physique au stress et à l'anxiété.

Par ailleurs, les fasciculations peuvent aussi provoquer de l'anxiété chez les patients, qui peuvent s'inquiéter de la cause de ces tressautements.

Comment prévenir la fasciculation ?

Bien que certaines fasciculations restent sans grand risque, il est essentiel de prendre des mesures préventives pour atténuer ces symptômes.

Une alimentation équilibrée

Voici quelques conseils médicaux pour prévenir la fasciculation. Tout d'abord, il est important de maintenir un régime alimentaire équilibré, riche en nutriments essentiels.

Dans certains cas, une supplémentation en magnésium sera nécessaire. En cas de carence avérée, la supplémentation en magnésium est recommandée après consultation médicale.

Elle permet d’ailleurs de lutter contre les crampes. Il est également conseillé de limiter la consommation de stimulants, comme la caféine.

Une bonne gestion du stress et de l'anxiété

Enfin, la gestion du stress peut jouer un rôle clé dans la prévention des tressautements musculaires.

L'intégration de pratiques relaxantes à sa routine, comme la méditation, le yoga ou la respiration profonde, contribue à réduire les crampes et la pression mentale chez le patient.

Une activité physique régulière apporte aussi des effets bénéfiques au bien-être mental et physique.

Fasciculation : quels traitements ?

Chez certains patients, les tressautements musculaires passent tout seul :

  • s’ils persistent, il faut s’attaquer à leur cause pour les faire disparaître et explorer les soins disponibles. Le choix de la thérapie dépend de la cause sous-jacente des fasciculations chez les patients ;
  • ainsi, il est judicieux de traiter l’anxiété, le stress, la magnésémie, ou encore la fatigue, pour voir disparaître les fasciculations ;
  • il est aussi possible de prendre des anticonvulsivants ou encore des bêta-bloquants.

Bon à savoir : le Zolgensma® est le seul produit qui existe contre l'amyotrophie spinale (son autorisation concerne les enfants de moins de 21 kg, pour 2 formes de la maladie). C'est l’un des soins les plus coûteux au monde (plus de 2 millions de dollars aux États-Unis).

La prise en charge clinique de la fasciculation dépend de son origine. Si les fasciculations sont liées à des troubles médicaux spécifiques, leur traitement contribuera à les atténuer. Si les tressautements sont bénins, des techniques de relaxation pourraient suffire. Et si la fasciculation est due à une carence en magnésium, une supplémentation sera recommandée.

Dans les cas plus graves, si la fasciculation est un symptôme d'une maladie comme la SLA, un suivi médical spécifique s’impose. Consultez un professionnel de santé pour un soin adapté !

Bon à savoir : Pour soulager les symptômes associés tels que la fatigue, des médicaments comme les anticonvulsivants ou les bêta-bloquants sont parfois prescrits.

En conclusion :

  • La fasciculation est un syndrome qui peut être bénin ou le signe d'une maladie plus grave. Lorsqu’elle est accompagnée de spasmes musculaires, il est important de consulter un professionnel de santé.
  • Les troubles issus de la fasciculation se manifestent dans les régions musculaires susceptibles de se contracter volontairement, avec une prédominance au niveau de l’œil (paupières), des bras, des jambes ou encore de la langue.
  • Dans tous les cas, suivez les conseils de votre médecin et prenez soin de votre santé.

Ces pros peuvent vous aider