Prévenir les TMS

Sommaire

Les TMS, ou troubles musculo-squelettiques, sont des affections qui peuvent toucher les muscles, les tendons ou les articulations, notamment au niveau du dos et des bras.

Ils constituent la maladie professionnelle la plus répandue en France et apparaissent dans tous les secteurs d’activité. Ils sont dus à la structure et à l’organisation du poste de travail mais aussi à la productivité et au stress.

Nous vous livrons ici quelques conseils pour prévenir les TMS.

1. Repérez les symptômes des TMS

Les TMS siègent principalement au rachis cervical, dorsal ou lombaire ainsi qu’aux membres supérieurs (coudes, poignets) et aux genoux. Ils peuvent prendre la forme du syndrome du canal carpien ou de tendinites à l’épaule, au coude ou au poignet et se traduisent par des douleurs, un enraidissement et une gêne fonctionnelle.

Leurs causes sont multiples. Elles sont liées au poste de travail (répétitivité des gestes, efforts trop importants avec manutention de charges lourdes, station debout prolongée, travail sur écran, posture inadaptée) mais également aux contraintes organisationnelles du travail, à l’ambiance au travail (la recherche de productivité à tout prix est l’un des facteurs de risque de TMS), au stress et à des facteurs psycho-sociaux. En effet, le facteur de risque le plus important est la dépression, qui majore le risque de 78 %.

Les TMS se caractérisent par des douleurs persistantes et c’est en intervenant précocement sur ces douleurs qu’on peut instaurer une prise en charge spécifique et plus intensive, comme le soulignent les dernières recommandations de la Haute Autorité de santé pour la lombalgie.

 

2. Agissez sur votre posture au travail

Afin de prévenir les TMS, de nombreuses postures sont à éviter.

Pour le rachis :

  • évitez l’extension prolongée du cou ;
  • ne portez pas seul des charges de plus de 15 kg ;
  • fuyez les postures où vous êtes penché en avant ;
  • en position assise prolongée, maintenez le dos droit et les pieds à plat.

Pour les épaules :

  • évitez la surélévation des bras au-dessus du niveau des épaules ;
  • limitez les postures prolongées des bras sans appui.

Pour les coudes :

  • ne répétez pas de mouvements de flexion ou d’extension de la main ;
  • évitez les travaux comportant un appui prolongé sur le coude.

Pour les poignets :

  • n’effectuez pas de flexion ou l’extension prolongée du poignet ;
  • évitez les pressions prolongées sur le talon de la main.

Pour les genoux :

  • ne maintenez pas de façon prolongée une posture accroupie ;
  • évitez les travaux comportant un appui prolongé sur le genou.

3. Adaptez votre poste de travail pour limiter les TMS

Postes administratifs, adaptez votre poste de travail sur écran.

  • adoptez une souris à mollette ;
  • utilisez un repose-poignet pour votre main qui manipule la souris ;
  • placez votre écran à la bonne hauteur : le haut de l’écran doit se situer à hauteur des yeux ;
  • utilisez un siège réglable en hauteur et un rehausse-pieds ;
  • étirez-vous régulièrement ;
  • n’hésitez pas à faire une activité sportive quotidienne (rendez-vous au travail à pied, inscrivez-vous dans un club de sport, etc.).

Si vous avez un poste en manutention :

  • alternez les tâches ;
  • évitez les machines vibrantes ;
  • entraidez-vous entre collègues ;
  • octroyez-vous des pauses ;
  • alternez les tâches physiques avec des tâches qui le sont moins ;
  • supprimez les manutentions inutiles ;
  • utilisez les engins d’aide à la manutention des charges fournis par votre employeur ;
  • réduisez le poids unitaire des charges à porter dès que cela est possible.

Bon à savoir : parmi les principaux facteurs protecteurs retrouvés, on trouve l’activité physique et la durée de sommeil.

Lire l'article
Lire l'article

4. Ne vous isolez pas

Les TMS sont des maladies sérieuses qu’il ne faut en aucun cas négliger. Ils peuvent engendrer une souffrance psychologique, un véritable handicap au travail allant parfois jusqu’à l’exclusion. Il peut être nécessaire de vous faire aider.

  • N’hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin du travail.
  • Consultez si besoin un psychologue pour un véritable soutien.
  • Réfléchissez à un éventuel aménagement de poste, voire à un reclassement. Le médecin du travail et le service des ressources humaines pourront vous y aider.

Bon à savoir : deux aides financières sont prévues pour aider les petites et moyennes entreprises ainsi que les associations à prévenir les risques de troubles musculo-squelettiques : TMS Pros Diagnostic et TMS Pros Action. Les demandes doivent être déposées auprès de la Carsat ou de la Cramif avant le 15 juillet 2017 et tous les documents envoyés avant le 15 novembre 2017.

 

Ces pros peuvent vous aider